Élections 2013 au Conseil d’administration d’Orange

Nous ne laisserons pas détruire Orange !

Mot-clé : nos candidats

Voir ou revoir nos vidéos

Toutes nos vidéos

Vidéo : reconstruire des partenariats d’innovation

Orange peut et doit redevenir un leader mondial des télécommunications.

Collège non cadres

Nadia Mehuys
Nadia Mehuys
Salariée de droit privé – 45 ans
Conseillère client recouvrement, Villeneuve d’Ascq (DO Nord)
Déléguée Syndicale Centrale adjointe
Manuel Da Fonseca_recadree
Manuel Da Fonseca
Salarié de droit privé – 51 ans
Conseiller Clients OPEN, Bordeaux
Élu CHSCT 
Maxime Couret
Maxime Couret
Fonctionnaire, 53 ans
Gestion Technique Clients, Lyon
Délégué syndical, élu DP, élu CHSCT
Sandrine Venon
Sandrine Venon
Fonctionnaire – 42 ans
Conseiller Client Orange, Nice
Déléguée syndicale

Collège cadres : Sébastien Crozier & Hélène Marcy

Sébastien Crozier et Hélène Marcy

Sébastien Crozier

  • Salarié de droit privé – 45 ans – Paris
  • Directeur d’Orange Horizons, filiale dédiée au développement de services dans les pays où le Groupe n’a pas de réseaux.
  • Ancien directeur de la stratégie et de l’innovation à GRC (Orange Business Services)
  • Fondateur d’Internet Telecom, à l’initiative de Wanadoo en 1995.

Élu CE depuis 2005
Juge au Tribunal des Prud’hommes de Paris

Hélène Marcy

  • Fonctionnaire – 54 ans – Toulouse
  • ITRSI/DPS (Blagnac)

Parcours professionnel dans le groupe :

  • Ingénieur d’affaires à Sofrecom
  • Soutien coquille intranet à ROSI/DPS
  • Consultante web à la DR Toulouse (2SIA)
  • Assistante de gestion à l’Agence de la Télématique

Élue DP, déléguée syndicale
Responsable de la communication du syndicat CFE-CGC

Vos représentants au Conseil d’Administration disposent d’un réel pouvoir de changement !

2171492103_96018c9098_oPour les personnels, l’élection de leurs représentants au Conseil d’Administration peut apparaître comme un exercice abstrait, déconnecté de leur quotidien professionnel.

Peut-être parce que certains élus des mandatures précédentes ont peu rendu compte de ce qu’ils avaient défendu et voté, des travaux d’analyse et de conviction qu’ils ont menés (ou pas) au sein de cette instance ?

Vos candidats CFE-CGC ne se laisseront pas impressionner par la technicité des débats. Ils agiront sur les questions de fond, comme ils l’ont fait dans les Conseils de Surveillance des fonds de l’actionnariat salariés, où ce sont les représentants CFE-CGC qui ont convaincu les autres organisations syndicales qu’il fallait demander la baisse du dividende et proposer une résolution en ce sens à l’Assemblée Générale des actionnaires en 2012.

Le pouvoir des élus du personnel au Conseil d’administration est réel

Rappelons qu’en 2006, Antoine Zacharias, PDG de Vinci (entreprise phare du CAC 40 construisant et gérant des infrastructures publiques), a voulu s’octroyer un énième bonus de 8 millions d’euros, alors que son salaire annuel représentait déjà 150 ans du salaire moyen de l’époque ! Son numéro deux s’y est opposé, et le Conseil d’Administration a dû trancher. En votant la perte de confiance, l’élu CFE-CGC a fait basculer la situation, à une voix près, provoquant le départ de M. Zacharias.

C’est le Conseil d’administration qui pilote la stratégie de l’entreprise

Comme le stipule le règlement intérieur du Conseil d’Administration d’Orange : « Le Conseil d’Administration se prononce sur l’ensemble des décisions relatives aux grandes orientations stratégiques, économiques, sociales, financières ou technologiques de la Société et veille à leur mise en œuvre par la Direction Générale. »

C’est bien là qu’il est possible de faire du personnel de l’entreprise une « partie prenante » reconnue et respectée.

A la CFE-CGC, nous avons une vision du projet d’entreprise et de sa stratégie, basée sur plusieurs années d’analyse, menée sur le terrain et dans les instances de représentation du personnel, dans les groupes de travail et de réflexion de notre organisation, à l’Observatoire du Stress et des mobilités forcées ou dans nos Universités d’été. Nous invitons des experts et des chercheurs pour confronter nos observations concrètes avec les travaux de recherche les plus récents sur les différents thèmes qui touchent à l’entreprise et aux conditions de travail, comme à l’environnement économique, réglementaire et concurrentiel qui l’impacte.

C’est cette vision que nous nous engageons à porter au Conseil d’Administration d’Orange. Notre liberté de parole est suffisamment établie pour que nous puissions nous engager à :

  • défendre nos propositions et convaincre du bien fondé de nos analyses ;
  • rendre compte régulièrement au personnel du Groupe des positions défendues et des résultats obtenus.

 

Choisir vos représentants
au Conseil d’Administration d’Orange
est un vote fondamental.
N’oubliez pas d’exercer votre droit : dès le 17 octobre, votez !