Élections 2013 au Conseil d’administration d’Orange

Nous ne laisserons pas détruire Orange !

Mot-clé : crise

Vidéo : Nous combattons tout ce qui déstabilise notre entreprise

La mise en examen de Stéphane Richard dans le cadre de l’affaire Tapie a constitué un choc pour les personnels d’Orange. La CFE-CGC a considéré qu’un changement de PDG en pleine tempête aurait été préjudiciable à l’entreprise et à ses personnels.

Vidéo : analyse et prospective

Retrouvez en détail l’analyse sur laquelle nous basons nos propositions pour sortir de l’impasse.

Pour ne manquer aucun clip de campagne, abonnez-vous au flux RSS de notre chaine Elections 2013 au CA d’Orange

2013 : refus de déstabilisation de notre entreprise par un nouveau changement de PDG

La mise en examen de Stéphane Richard dans le cadre de l’affaire Tapie a constitué un choc pour les personnels de France Télécom-Orange.

La CFE-CGC a souhaité que la présomption d’innocence s’applique pleinement, et qu’aucun amalgame ne soit fait entre les différentes missions que Stéphane Richard a assuré à différentes époques.
Alors que le secteur des télécommunications, écosystème complexe, est en pleine tourmente, les personnels de l’entreprise attendent que l’État actionnaire de l’opérateur historique soutienne l’action de son PDG pour défendre la pérennité de l’entreprise et des emplois, plus de 100 000 en France, 170 000 dans le monde.

Vous pouvez relire à ce propos :

Nos communiqués de presse …

… et quelques interventions dans les médias :

Intervention de Patrice Brunet, Président de l’ADEAS sur BFM TV le 12 juin 2013 :

Comprendre le passif dont nous héritons pour mieux en sortir

Comprendre pourquoi la situation de notre Groupe s’est dégradée ces dernières années est essentiel. Si l’éclatement de la bulle Internet des années 2000 imposait un changement de cap, l’analyse montre que :

  • les mesures prises par les équipes Breton-Lombard au prétexte de redresser les comptes ont plombé l’entreprise sur tous les plans, générant une crise qui aurait pu être évitée,
  • il existe d’autres manières de piloter notre Groupe pour lui redonner du souffle et les perspectives qu’il mérite.

Pour le secteur des télécoms,
une crise artificielle s’ajoute à la crise économique générale

Après la génération de profits artificiels extorqués à l’entreprise via des manipulations comptables et une pression sans précédent sur les personnels, les taxes, puis l’introduction d’un 4e opérateur mobile, ont dégradé les résultats des opérateurs historiques.

Dans un contexte économique déprimé où le consommateur court après le pouvoir d’achat, il est d’autant plus difficile de restaurer la croissance du chiffre d’affaires et de contenir l’émiettement des marges (l’EBITDA est en repli de presque 8 % en valeur entre le 1er trimestre 2012 et le 1er trimestre 2013).

Le Groupe Orange apparaît comme « au bout du rouleau », sans marge de manœuvre et sans projet d’entreprise, hors celui de réduire chaque jour un peu plus les coûts de fonctionnement.

Il y a pourtant des solutions pour sortir de l’impasse :
celles que nous voulons défendre au Conseil d’Administration.
Élus, nous mettrons tout en œuvre
pour défendre la place et les intérêts du personnel,
mais aussi pour convaincre les autres administrateurs
que nos propositions sont pertinentes, réalistes,
et bénéfiques dans la durée pour le collectif.

Pétition « Lombard dégage »

En février 2011, le maintien de Didier Lombard au poste de « Conseiller du Président » a provoqué une vive émotion parmi l’ensemble du personnel.

La CFE-CGC a lancé une pétition intitulée « Lombard dégage« … dont la presse s’est fait l’écho….

… et qui a finalement abouti au départ définitif de l’ancien PDG, nécessaire pour que les personnels et l’entreprise puisse tourner la page de la crise sociale.